By continuing to browse this site, you agree to our use of cookies. Read our privacy policy

Health Specialist, PEC Intégrée niveau communautaire, P4/P5

  1. Justification :

La mise en place des activités de prise en charge intégrée des maladies infantiles au niveau communautaire, est une intervention qui nécessite une préparation minutieuse avec une implication des parties prenantes, d’une présence très régulière dans les communautés/sites de soins communautaires. En sus, il y a l’élaboration des directives et outils de gestion. La situation actuelle du staff de CSD, ne permet pas à un staff de mener à bien ces différentes activités. Il n’y a pas de personnes ressources humaines suffisamment qualifiées au niveau du gouvernement pour prendre en charge la préparation et la mise en œuvre de cette intervention. La PEC-C étant une intervention novatrice, l’assistance d’un expert ayant une expertise avérée dans ce domaine est requise telle que prévu dans le projet finance par l’Union Européenne. Comme indiqué dans le plan d’action annuel de la CSD, 2015, en son extrant 1. 3, il s’agira de "Mettre en œuvre la prise en charge communautaire des maladies de l'enfant (iCCM) pour la gestion des cas (paludisme, pneumonie, diarrhée, malnutrition, soins aux nouveau-nés) - dans au moins 6 préfectures du pays".

Un plan de lutte contre le paludisme dans le cadre de la PEC-C a été élaboré et validé de Mai à Juillet 2015. Il restera à actualiser le plan national de PCIME-c qui intègre les maladies prioritaires et tueuses de l’enfant y compris la malnutrition aigüe sévère et la promotion des activités communautaires en faveur de l’ANJE.

7.1. Description générale des activités à mener :

Le staff sera chargé de la mise en œuvre des activités prévues dans le projet dur la PEC-C cofinancé par l’UE et l’UNICEF. Il s’agira essentiellement d’une part d’appuyer la mise en œuvre du cadre normatifs ainsi que les outils de mise en œuvre de cette stratégie et de l’autre d’encadrer les équipes cadre des préfectures et des communautés cibles dans la mise en œuvre de la stratégie.

7.1.1. L’appui au développement d’une politique et d’une stratégie nationale en matière de soins communautaires.

La politique de santé est un élément important qui détermine le contexte dans lequel opère la PEC-C. L’UNICEF va influencer le processus décisionnel en encourageant ses interlocuteurs à faire une ou plusieurs des démarches suivantes :

  • L’élaboration des outils de mise en œuvre, y compris la revue et mise à jour des modules de formation et des outils de supervision, suivi/monitorage des interventions de prise en charge des cas au niveau communautaire, y compris les outils de référence et de contre référence.
  • Adopter des politiques, normes, règles, et/ou matériel de communication (avec logos) qui soutiennent la PEC-C.
  • Augmenter l’attribution de ressources financières à la PEC-C, au niveau national et local.
  • Développer les capacités organisationnelles pour soutenir la PEC-C à tous les niveaux.
  • Favoriser une plus grande participation à la PEC-C au niveau communautaire.

7.1.2. L’évaluation de base de la pratique des soins communautaires et des acteurs communautaires de la zone de couverture de l’intervention.

Une analyse de situation sera conduite au niveau local par l'équipe cadre de la préfecture sanitaire, les ONGs présentes dans la préfecture, avec l'appui de l'équipe du sous-bureau de l'UNICEF. Elle fournira des informations pour la planification d’une nouvelle initiative de PEC-C, afin d’améliorer l’initiative existante. C'est à la fois un processus et un produit pour décrire l’état actuel des choses—les besoins et les ressources à partir desquelles on construit ou améliore une PEC-C durable. Cette évaluation permettra donc d’identifier le potentiel existant pour soutenir le développement de la stratégie, l’analyse des parties prenantes, l’évaluation d’éventuels risques, et les moyens de mitigation. Cette analyse va relever les indicateurs de base à travers les données administratives sanitaires et/ou des enquêtes (LQAS, EPI surveys, KPC). Le processus implique la participation des acteurs dans la planification, la revue, et la collecte des données, ainsi que dans l’analyse et l’interprétation. Il renforce la capacité des partenaires à décrire et à proposer des réponses aux problèmes complexes de prestation de services de santé. Les informations recueillies lors de l’analyse de la situation seront utilisées pour la planification des programmes de PEC-C. Le produit peut être sous forme d’un rapport et d’une présentation au cours d’un atelier en vue de stimuler la mobilisation des ressources et favoriser les politiques de soutien. Cette analyse de situation peut identifier des opportunités stratégiques pour sauver des vies en améliorant l’accès aux services de santé par le biais de la PEC-C.

Les principales étapes d’une analyse de situation en PEC-C sont :

  • Définir le but et les objectifs
  • Se familiariser avec les questions critiques dans la planification d’une analyse de situation
  • Définir la portée de l’analyse de situation : analyse de base, intermédiaire ou globale
  • Examiner les données existantes et recueillir de nouvelles informations pour chaque élément du cadre des résultats élargis
  • Analyser et interpréter les données
  • Disséminer les résultats
  • Intégrer le feedback des parties prenantes
  • Préparer un plan d’action en réponse aux conclusions

7.1.3. La micro planification des interventions à mettre en œuvre avec les équipes cadres de districts et des formations sanitaires pour la détermination des ressources nécessaires à la mise en œuvre des activités planifiées (ressources humaines, matérielles et financières).

L’implication des parties prenantes, à savoir les représentants communautaires, ainsi que les responsables des formations sanitaires, à différents échelons, est une opportunité d’acquisition de leur engagement dans l’appropriation de la stratégie. Ceci permettrait d’intérioriser des responsabilités à chaque niveau du système. Une micro planification de la mise en œuvre de la PEC-C sera conduite par préfecture sur la base des résultats de l'analyse de la situation. Elle regroupera les membres des équipes cadres de la préfecture, les infirmiers chefs de postes, les représentants des comités de gestion et des agents de santé communautaires, les ONGs partenaires travaillant dans la préfecture. La micro planification sera co-facilitée par un représentant de la direction de la santé communautaire et un expert de l'UNICEF.

7.1.4. L‘identification et la formation des ASCs à la prise en charge communautaire de la maladie ainsi que les activités de promotion des pratiques familiales essentielles.

La PEC-C recourt à des membres de la communauté, formés et liés aux services administrés dans des centres de santé, pour fournir les interventions. Ces membres de la communauté sont des travailleurs de proximité, employés par le Ministère de la Santé, tels les secouristes. Les ASCs peuvent travailler chez eux, dans un bâtiment construit par la communauté, ou dans un établissement de santé du gouvernement. Dans la plupart des cas, ces travailleurs possèdent déjà une expérience au niveau des interventions de prévention, à travers des programmes mis en place par la PCIME-C ou dans la mise en œuvre de stratégies similaires. Cependant, ces agents de santé existants ne fournissent pas toujours des interventions curatives courantes aux enfants malades dans la communauté. En revanche, ils encouragent les pourvoyeurs de soins à s’adresser aux formations sanitaires. Tous les ASCs qui assurent la PEC-C ont besoin d’assistance, de formation et de supervision des formations sanitaires de proximité. Ils seront identifiés par l’équipe du centre de santé de référence avec l’assistance technique de l’ONG d’appui et de l’équipe de la préfecture/district sanitaire. La formation sera basée sur les modules nationaux existants qui seront révisés pour être conformes aux recommandations internationales, et enrichies des expériences des autres pays. Les formations seront menées dans chaque district/préfecture sanitaire.

7.1.5. La fourniture des médicaments et matériels nécessaires, y compris la mise en place d’un système d’approvisionnement continu.

Afin d’assurer la disponibilité constante de médicaments, les besoins actuels et futurs seront évalués avec précision par l’UNICEF, le Ministère de la Santé Publique (MSP) et les ONGs de mise en œuvre, dans le cadre d’un plan ou programme national de santé infantile. Le personnel du MSP, au niveau national sera impliqué. En effet, celui-ci est responsable de la programmation des besoins dans le cadre du processus national d’approvisionnement en pharmaceutiques. Des médicaments et des fournitures pour la PEC-C seront donc obtenus en utilisant le même processus respecté par toutes les formations sanitaires pour s’approvisionner en médicaments.

Ainsi, les informations nécessaires pour estimer les besoins à partir des données disponibles comprennent :

  • La population et autres données démographiques pour la zone cible du programme
  • Les cas traités dans des formations sanitaires (taux d’utilisation)
  • L’incidence réelle ou prévue des maladies qui peuvent être traitées au sein de la PEC-C
  • Les traitements standards et la quantité de médicaments nécessaires pour un traitement complet

Les médicaments, équipements médicaux, et autres matériels nécessaires seront achetés par l’UNICEF puis mis à la disposition des ONGs qui en assureront la distribution au niveau des formations sanitaires et des sites de prise en charge communautaire. Le contrôle de la gestion des médicaments par les ASCs sera assuré conjointement par l’ONG superviseur des ASCs, les membres de l’Equipe Cadre de District, et les membres du comité de gestion de la communauté desservie.

Les fournitures nécessaires à la PEC-C comprendront :

  • Minuteurs ou montres pour mesurer la fréquence respiratoire
  • Matériels de démonstration pour la préparation des SRO (cuillères, pots, ou récipients de mesure)
  • Tasses et eau potable pour administrer la première dose
  • Brassards pour évaluer la malnutrition
  • Tests de diagnostic rapide (TDR) du paludisme.

En outre, la gestion de la chaîne d’approvisionnement comprendra:

  • Médicaments et fournitures adaptés aux enfants pour la PEC-C, inclus dans la liste nationale des médicaments essentiels
  • Plan d’approvisionnement, contrôle des stocks, système logistique de réapprovisionnement et système d’information et de gestion logistique (SIGL) pour la PEC-C, avec des procédures d’utilisation normalisées.

Une évaluation pré et post implémentation est prévue dans le projet (dans les activités 2.1.1 et 2.1.10). La mise en place du système d’approvisionnement continu en médicaments est prévue dans la composante du projet « Renforcement du système de santé » géré par WHO, avec les fonds de l’UE.

7.1.6. L’appui à la mise en œuvre des interventions visant l’augmentation de l’utilisation des services offerts par l’ASC à travers des activités de sensibilisation par les organisations a assises communautaires (groupes de femmes).

Les pratiques des ménages et la bonne qualité de la PEC-C génèrent la demande appropriée. Généralement, les membres de la communauté apprécient beaucoup les services curatifs. Quand la communauté devient consciente de la disponibilité d’une nouvelle source de traitement des maladies infantiles (l’ASC), la demande pour la PEC-C augmente. Cependant, informer les pourvoyeurs de soins sur le rôle des ASCs dans la PEC-C n’est pas suffisant pour assurer que la demande et l’utilisation ultérieure contribuent à la réalisation de l’objectif ultime : l’amélioration de la santé des enfants zones rurales affectées et reculées.

Les connaissances, attitudes et pratiques clés au sein de la famille sont également primordiales pour le recours rapide aux soins et la prise en charge efficace des enfants malades à domicile.

Les pratiques clés au sein de la famille—le recours rapide aux soins et la prise en charge efficace des enfants malades à domicile—sont également primordiales. Bien que la PCIME-C favorise généralement ces deux pratiques, la PEC-C englobe les conseils donnés aux pourvoyeurs de soins par les ASCs en ce qui concerne l’observance du régime de traitement, la bonne nutrition, les soins palliatifs et, parfois, la référence et contre-reference. Ensemble, ces mesures aident les pourvoyeurs de soins à recourir aux services de PEC-C de façon plus rationnelle et à éviter de surcharger les ASCs. Elles favorisent une utilisation efficace des traitements de PEC-C.

Les conseils que les ASCs fournissent aux pourvoyeurs de soins au cours des consultations initiales et de suivi permettent de s’assurer que les membres de la famille des enfants malades sont capables de mettre en œuvre des schémas thérapeutiques et d’utiliser les comportements clés des ménages. Les comportements des pourvoyeurs de soins qui peuvent influer sur la demande sont les suivants :

  • La reconnaissance des maladies
  • Le traitement à domicile
  • L’utilisation de sources de soins concurrentes
  • Le recours aux soins à l’extérieur du domicile
  • Une bonne administration des traitements et/ou l’observance de la référence

D’autre part il faut travailler avec la structure de gestion communautaire pour présenter l’ASC et ses nouvelles capacités à la communauté. En effet, même dans les communautés où l’ASC encourage depuis un certain temps les pratiques clés au sein des ménages à travers la PCIME-C, les membres de la communauté et les pourvoyeurs de soins ont besoin d’être informés qu’« un des leurs » peut soigner certaines maladies. Il est donc important d’utiliser la communication pour le changement de comportement (CCC) pour développer et/ou adapter les activités qui encouragent des pratiques domestiques et familiales.

7.1.7. La mise en place d’un système de revue des performances des agents de santé communautaires à travers une session de revue mensuelle au niveau du centre de santé.

En effet, pour maintenir les ASCs dans leurs tâches, ils seront réunis une fois par mois au niveau du centre de santé. Cette session de monitorage servira d'occasion pour analyser les performances de chaque ASC à travers ses rapports et outils de gestion, la revue des protocoles de prise en charge, la vérification de la bonne utilisation des outils de gestion. Les frais de déplacement mensuels seront payés à chaque ASC pour assurer son voyage vers le centre de santé afin de fournir son rapport d’activités et participer à la réunion de suivi mensuelle. Ce déplacement sera également une occasion pour s’approvisionner en médicaments et fournitures nécessaires.

7.1.8. Le développement d’un plan d’encadrement, de supervision formative et sa mise en œuvre.

Les agents de santé communautaires appelés à prester les interventions de prise en charge des cas au niveau communautaire ont besoin d’un accompagnement rapproché pour garantir la qualité des soins. La supervision des ASCs est en effet le principal processus de collecte de données et de surveillance de la qualité. Le contrôle de la qualité doit être une activité de routine, à laquelle les ASCs seront initiés de préférence à travers une formation des compétences de base et la certification des ASCs. La supervision permet d’identifier les gaps et procéder au renforcement in situ des capacités des agents. Elle sera menée par les infirmiers des centres de santé avec l’appui des équipes de l’ONG de mise en œuvre, ainsi que de la préfecture et l’UNICEF. Chaque ASC sera supervisé au moins une fois par mois. Les superviseurs accompagneront les ASCs pour les visites à domicile et observeront directement des consultations auprès des enfants malades. Les superviseurs utiliseront des fiches de contrôle de performance pour observer l’évaluation, le traitement et les pratiques de consultation et, par la suite, dans un lieu privé, présenter le feedback aux ASCs sur le rendement et la qualité de leurs soins. Les superviseurs pourront également évaluer si les ASCs sont à l’aise avec différents aspects de la consultation et apprécier leur capacité à répondre aux problèmes. Les superviseurs devront offrir aux ASCs des suggestions d’amélioration, et encourager leurs efforts.

7.1.9. Mise en place d’un système de référence et contre référence.

Par définition, la PEC-C est la mieux adaptée aux communautés qui n’ont pas accès aux services de santé. Par conséquent, la référence vers un établissement de santé est un défi. Néanmoins, les cas graves méritent un effort supplémentaire.

Un système de référence qui fonctionne bien a de nombreux avantages pour la PEC-C, y compris le traitement d’enfants gravement malades et le renforcement des liens entre les ASCs et les formations sanitaires. En pratique, l’agent de santé communautaire est formé sur la prise en charge des cas simples et la reconnaissance des signes de danger pour référence. C’est au moment de la mise en place de la stratégie que le système de référence est élaboré et mis en place en partenariat avec les communautés et la formation sanitaire la plus proche.

Quatre composantes du système de référence assisté seront mises en place par le Ministère de la Santé avec l’appui de l’ONG de mise en œuvre, afin de garantir que les enfants malades qui ont besoin d’un traitement seront admis dans l’établissement le plus proche :

• L’ASC conseille et encourage pour que la référence soit menée à bien

• Suivi de la référence

• L’ASC assure le traitement initial avant la référence

• L’ASC se charge de trouver des solutions aux obstacles à la référence : l’accès géographique et l’accessibilité financière

7.1.10. Mise en place d’un système de monitorage des interventions de prise en charge communautaire.

Des outils de collecte des données devront être disponibles au niveau de l’agent de santé communautaire. De plus, le système de rapportage devra être en lien avec le système de rapportage des formations sanitaires. En effet, les données de prise en charge au niveau communautaire seront reversées dans le rapport mensuel de la formation sanitaire dont relève l’agent de santé communautaire. Des sessions mensuelles d’évaluation des interventions à base communautaire seront organisées au niveau des communautés et des sessions de coordination au niveau des districts sanitaires. Le même exercice sera effectué chaque trimestre au niveau national et des mesures de redressement seront prises et mises en application. Une évaluation de l’impact de l’intervention sera assurée à la fin du projet.

  1. But et Objectifs :

Ø But du poste

Ledit recrutement a pour but d’apporter une expertise avérée au Ministère de la Santé et à la section CSD, du bureau UNICEF, RCA, dans la mise en œuvre et le passage à échelle des interventions de la prise en charge intégrée des cas des maladies de l’enfant et du nouveau-né au niveau communautaire.

Ø Objectifs

Objectif général

Coordonner avec toutes les parties prenantes, Ministère de la Santé et de la Population au niveau central et préfectoral, les Agences des Nations Unies et ONGs, partenaires de UNICEF, la planification, la mise en œuvre et le suivi de la stratégie de prise en charge intégrée des maladies de l’enfant (paludisme, diarrhée, infection respiratoires aigües, malnutrition) au niveau communautaire.

Objectifs spécifiques

· Appui au développement d’une stratégie nationale sur la PEC-C les outils, des stratégies de mise en œuvre des activités de la PEC-C d’ici fin 2016.

· Mettre en place et rendre fonctionnelle une structure de coordination de la PEC-C au niveau central, et 6 cellules de coordination préfectorales d’ici fin 2016.

  • Mettre en place 190 sites de prise en charge communautaire des maladies de l'enfant dans les communautés enclavées des quatre préfectures ciblées d’ici fin 2016.
  • Former des superviseurs et des prestataires communautaires de mise en œuvre du projet d’ici fin 2016.

· Appuyer l’élaboration des plans d’action annuels intégrant la PEC-C, dans chacune des 6 préfectures sanitaires ciblées d’ici mars 2016.

· Superviser chaque mois les préfectures sanitaires (6 PS) mettant en œuvre la PEC-C d’ici fin 2016.

· Documenter le processus de mise en œuvre des actions clés ainsi que les enseignements tirés des innovations et des meilleures pratiques d’ici décembre 2016.

  1. Méthodologie et Approche Technique :

Le staff suivra la méthodologie et Approche Technique de travail suivant:

  • Présentation des objectifs de la stratégie aux partenaires au Ministère de la santé et ONG a tous les niveaux,
  • Discussion avec les leadeurs d’opinion des préfectures sanitaires, et communautés ciblées.
  • Elaboration de la stratégie nationale de PEC-Cet des outils de gestion de l’approche PEC-C.
  • Recrutement et formation des prestataires selon l’approche pédagogique : présentations suivies des questions, travaux de groupes, exercices pratiques, simulation discussions ainsi que des études de cas**.**
  • Supervision de la mise en œuvre des activités.
  • Elaboration rapports de mise en œuvre.
  • Activités/Tâches, Résultats Attendus et Délais :

· Appui à l’élaboration de la stratégie nationale de PEC-C et des directives, des outils, des stratégies de mise en œuvre des activités en RCA.

· Faire une évaluation de base de la pratique de mise œuvre des soins communautaires des Préfectures sanitaires ciblées.

· Mettre en place et rendre fonctionnelles les structures de coordination de la PEC-C au niveau central, régional et des préfectures sanitaires ciblées.

· Appuyer les régions et préfectures sanitaires ciblées dans l’élaboration et opérationnalisation de leurs plans d’action annuels intégrant la PEC-C.

· Identifier les communautés devant abriter les sites de soins.

· Identifier les gestionnaires et les prestataires cliniques et communautaires à former.

· Organiser des ateliers de formation en faveur des gestionnaires au niveau central, régional et préfectoral et les prestataires de soins au niveau clinique et communautaire

· Mener chaque mois des supervisions formatives des gestionnaires au niveau central, régional et préfectoral et les prestataires de soins au niveau clinique et communautaire.

· Appuyer la mise en œuvre d’une stratégie apparentée au PBF, telle que l’achat des performances,

· Appuyer et renforcer le système de suivi évaluation en place, y compris au niveau communautaire.

· Assurer la documentation du processus de mise en œuvre des actions clés ainsi que les enseignements tirés des innovations et des meilleures pratiques selon les normes établies.

· Préparer et soumettre des rapports trimestriels résumant les progrès accomplis dans la mise en œuvre des activités et la réduction des goulots d’étranglement.

  • Appuyer la mise en œuvre des activités d’IEC ciblant les pratiques familiales essentielles

Résultats escomptés

· Une stratégie nationale ainsi que des outils de mise en œuvre sont élaborés et valides.

· La situation de base de la pratique de mise œuvre des soins communautaires des Préfectures sanitaires ciblées est connue.

· Une structure de coordination de la PEC-C au niveau central, régional et des préfectures sanitaires ciblées est fonctionnelle.

· .

· Les plans d’action annuels intégrant la PEC-C, sont élaborés et opérationnalisés dans les régions et préfectures sanitaires ciblées.

· Les autres acteurs au niveau communautaire sont identifiés et leur rôle dans la mise en œuvre de la PEC-C défini

· Les gestionnaires au niveau central, régional et préfectoral et les prestataires de soins au niveau clinique et communautaire sont aptes et mettre en œuvre les activités de la PEC-C selon les normes.

· Les acteurs de mise en œuvre de la PEC-C, à tous les niveaux, reçoivent chaque mois une supervision formative dans le cadre de la mise en œuvre des activités.

· Les meilleures pratiques sont documentées.

· Les mécanismes de supervision, suivi et évaluation des organes de participation communautaire sont définis et rapportés à travers :

o Des rapports trimestriels des comptes rendu des cellules de coordination de la PEC-C au niveau national, régional et préfectoral.

o Des rapports de monitoring de l’atteinte des résultats planifiés.

o Des rapports sur l’état de mise en œuvre des activités planifiées.

Des rapports de progrès réalisés dans la réduction des goulots d’étranglement à la mise en œuvre d’activités.

  1. Période et durée du poste

La durée initiale de ce poste est de 364 jours, soit du 1er Décembre 2015 au 30 Novembre 2016. Le calendrier ci-après donne une idée des différentes étapes du processus de mise en œuvre.

Le/ la Candidat ( e) retenu ( e) sera basé ( e) à Bangui. Les candidats qualifiés et intéressés devront envoyer leur dossier de candidature (Lettre de motivation +CV+ P11+Diplome) a <***banguihr@unicef.org****> au plus tard le 31 octobre 2015.*

Before applying, please make sure that you have read the requirements for the position and that you qualify.
Applications from non-qualifying applicants will most likely be discarded by the recruiting manager.
Apply
Having problems applying by email?

When clicking the apply button, your email client should open as a separate programme (if you are using Outlook, Mail, Thunderbird, or similar), or in a different tab in your browser (if you are using GMail or similar).
If nothing happens when clicking the button, please open your email client, start a new email, and copy the following email into the to field: banguihr@unicef.org


What does it mean?

Click "SAVE JOB" to save this job description for later.

Sign up for free to be able to save this job for later.

  • Organization: UNICEF - United Nations Children’s Fund
  • Location:
  • Grade: Mid level
  • Occupational Groups:
    • Public Health and Health Service
    • Sexual and reproductive health
    • Project and Programme Management
  • Closing Date: 2015-10-31

What does it mean?

Click "SAVE JOB" to save this job description for later.

Sign up for free to be able to save this job for later.