Consultant en Harmonisation des interventions de cash transferts à Madagascar (3 mois)

Antananarivo

fournir une étude/analyse factuelle sur les alternatives d’ harmonisation des programmes de transfert monétaires, des modalités d’intervention, des montants et fréquence des transferts ainsi que des critères de ciblage dans les programmes de transferts monétaires, notamment dans le cas d’urgence.

I.        Contexte

La crise politique récurrente de Madagascar au cours de la dernière décennie a grandement affecté le développement du pays et la détérioration du niveau de vie. Ses impacts se font sentir presque dans tous les domaines: politiques, socio-économiques, culturels et sécuritaires, endommageant les normes juridiques, sociales et culturelles et contribuant ainsi à l'appauvrissement de la population.

 

Madagascar est aujourd’hui l’un des pays les plus pauvres du monde, le PIB par habitant ayant diminué de moitié depuis 1960. Environ 93 % de la population vivent avec moins de deux dollars (PPA) par jour. La croissance économique est faible (1,8 % par an depuis 1960) alors que la croissance démographique est forte (2,9 % par an), la population étant passée de 5,1 millions d’habitants en 1960 à 22,9 millions en 2013. Près de la moitié de la population est aujourd’hui âgée de moins de 20 ans[1]. Par ailleurs, l’UNICEF fait état de 47% des enfants de moins de 5 ans qui souffrent de la malnutrition chronique [2]et de plus de 50% de toute la population touchée par les chocs climatiques et la dégradation de l'environnement. Les crises économiques et politiques passées ont considérablement réduit les recettes et le budget nationaux, ce qui a eu une incidence négative sur l'offre de services sociaux de base.

 

La réduction de la pauvreté constitue l'un des principaux défis et une priorité pour le gouvernement de Madagascar. L'année dernière, le gouvernement a approuvé la Politique Nationale de Protection Sociale (PNPS) dans le but de réduire la vulnérabilité des familles[3]. La dégradation des conditions de vie de la population, l'insécurité alimentaire, la carence nutritionnelle chronique, l'exclusion sociale, le sous-emploi, les maladies transmissibles, la toxicomanie, la grossesse et le mariage précoce et l'insécurité ont gravement exposé la majorité de la population malgache à une situation de vulnérabilité chronique.

 

Reconnaissant l'importance stratégique et la nécessité d'établir une politique de protection sociale appropriée, les partenaires techniques et financiers aident le Gouvernement à mettre en œuvre la Politique Nationale de Protection Sociale (PNPS) qui constitue le cadre stratégique des Programmes de Protection Sociale. En effet, Plusieurs programmes de protection sociale sont mis en œuvre à Madagascar par le gouvernement, et les Organisations Non Gouvernementales (ONGs) comme les transferts monétaires (Argent contre travail), les aides aux sinistrés, les logements sociaux, les programmes de sécurisations nutritionnels, et les appuis aux Activités génératrices de revenus, etc. 

 

Dans le cadre de cette politique, le Gouvernement a lancé plusieurs programmes de transferts monétaires à travers les pays.  Le Transferts Monétaires (conditionnels) pour le Développement Humain (TMDH) vise à favoriser le développement de la petite enfance et à promouvoir la fréquentation scolaire. Le Fiavota, quant à lui, vise à relever les ménages plus vulnérables victimes de sècheresse chronique dans les régions du sud et des programmes de réponse d’urgence comme lors du passage du cyclone Enawo. En outre plusieurs organisations internationales et ONG développent également des programmes de transferts monétaires.

 

Bien que des efforts de coordination sur les lieux d’intervention et les type de bénéficiaire, et des efforts d’harmonisation sur les modalités de transferts aient été observés, nous trouvons que ces efforts ne sont pas systématiques. Il est nécessaire de trouver les modalités de transferts qui correspondent au besoin du pays et des situations spécifiques de chaque catégorie de bénéficiaires et de chaque région d’intervention.

 

L'UNICEF et ses partenaires assistent le Ministère de la Population, de la Protection Sociale et de la Promotion de la Femme (MPPSPF) dans l'élaboration d'un plan d'actions pour la protection sociale et sa mise en œuvre essentiellement sur  le développement d’un système de protection sociale non contributif qui pourra répondre aux besoins des plus vulnérables. A cette fin, il est proposé d’effectuer une analyse sur l’harmonisation des transferts monétaires à Madagascar.

 

II.         But

Le but de cette consultation est de fournir une étude/analyse factuelle sur les alternatives d’ harmonisation des programmes de transfert monétaires, des modalités d’intervention, des montants et fréquence des transferts ainsi que des critères de ciblage dans les programmes de transferts monétaires, notamment dans le cas d’urgence. Cette analyse sera fourni auprès du MPPSPF, du Bureau National de Gestion des Risques et Catastrophe (BNGRC) et du groupe protection social/= cash groupe pour alimenter la discussion sur un système de protection social qui réponde aux chocs. Les résultats seront utilisés pour la finalisation d'un plan d'action pour la protection sociale et guider la mise en œuvre des programmes des transferts monétaires à Madagascar par les partenaires. Ces analyses aussi informeront le gouvernement sur les options stratégiques dont elle dispose pour atteindre les objectifs de la PNPS.

 

III.        Objectif

 

L'objectif de la consultance est de: a) développer un étude pour améliorer l’ harmonisation des montants des interventions  de programmes de transferts monétaires notamment en cas d’urgence et en comparaison avec les programmes de transferts monétaires dans le relèvement et le développement; b) d'effectuer des recommandations pour améliorer l’harmonisation des interventions de protection sociale prédéfinies pour mieux répondre aux chocs ; c) actualiser le manuel opérationnel standard qui constituera une base des discussions.

 

Par conséquent, le consultant doit:

 

  1. Proposer un plan de travail et méthodologie participatif pour l’élaboration de la consultance
  2. Utiliser les analyses existantes de l'état actuel des transferts sociaux et des données disponible pour identifier les mesures à prendre pour améliorer l'harmonisation des interventions de transferts monétaires et leur complémentarité avec d'autres secteurs,
  3. En cas nécessaire, collecter des données nécessaires sur le marché et les couts des paniers minimum des populations  cible potentiels, et utiliser enquêtes existants pour définir la consommation et ligne de pauvreté. Cet étude devrait être fait de manière participatif par focus groupes ou entretiens.
  4. Définir un ensemble de normes minimales/critères de ciblage et identifier la valeur optimale des bénéfices monétaires (à Antananarivo et au niveau décentralisé) pour les programmes de transferts monétaires urgence inconditionnelle, argent contre travail urgence, argent contre travail développement et autres,
  5. En consultation avec les partenaires et en effectuant des analyses, définir des options des montants de bénéfice des programmes cash transfert selon les scénarios suivants :

1) urgence/humanitaire et relèvement en comparaison  des programmes de développement ; 2) capitale, régions, urbain, rural.

  1. Effectuer un ou deux ateliers avec le MPPSPF, BNGRC et le Groupe de Protection Sociale/ Cash groupe pour y inclure leurs besoins et mieux définir l’harmonisation technique des programmes et pouvoir actualiser un manuel opérationnel standard ainsi que valider les résultants et recommandations.

 

IV.        Méthodes

La consultance devrait proposer une méthodologie utilisant des méthodes mixtes comprenant un examen documentaire des études existantes et une analyse des données existants (pauvreté, niveau de vie, etc.) avec une série d'entretiens/ateliers avec des partenaires gouvernementaux et nationaux clés ainsi que les bénéficiers et groupes vulnérables potentiellement cibles. Si nécessaire, proposer collecte de donnes primaires. La consultance devrait prendre en compte la dimension genre dans l’analyse et dans les recommandations.

 

Le consultant devra travailler étroitement avec le MPPSPF, et le consultant national Assistant Technique en suivi de la Direction de la Réponse aux Chocs et Protection Contre les Risques Sociaux (DRCPRS/ MPPSPF) lequel travaille sur l’harmonisation des programmes de protection sociale mises en œuvre dans le pays, le BNGRC, et les Partenaires Techniques et Financiers du Groupe Protection Social/Cash Transfères.

 

V.        Résultats attendus et produits

 

La consultance devrait produire les produits suivants:

  1. Un rapport initial décrivant le plan de travail, la méthodologie et les grandes lignes proposées pour réaliser la consultance.
  2. Un bref rapport de l’atelier de démarrage, entretiens et visites (liste des personnes et visites de terrain à définir avec le groupe cash).
  3. Rapport des analyses préliminaires, y compris, l’analyse des scénarios de montants de bénéfices par type d’intervention: cash inconditionnel urgence, argent contre travail urgence, argent contre travail (développement) ; et par région, et proposition de manuel opérationnel standard. Le rapport devra inclure une comparaison avec  les montants de transferts utilisés dans d’autres pays.
  4. Présentation/atelier des principaux résultats aux principales parties prenantes (à Madagascar)
  5. Rapport final intégrant les observations du comité directeur national / groupe de protection sociale

VI.     Calendrier proposé et paiements

 

Produit

Nombre de jours

(pendant trois mois)

Paiement

(en % du total)

Rapport de démarrage (français)

 

3

10

Atelier/réunions avec les parties prenantes (première mission)

10

20

Rapport Préliminaire 

25

20

Présentation (français) (deuxième mission)

2

20

Rapport  Final (français) et  data/simulation model en fiches séparés

10

30

 

 

VII.          Diffusion

Le rapport de la consultance sera diffusé et utilisé par le gouvernement de Madagascar / MPPSPF, BNGRC et ses partenaires. Le consultant doit faire une présentation au comité directeur national / groupe de protection sociale le long du processus

 

 

 

 

 

VIII.          Lieu et Conditions

 

Le/ la consultant(e) sera basé au bureau de l’UNICEF sise à Andraharo. Le/ la consultant(e) pourra etre appelé à se déplacer dans d’autres régions d’intervention, dans ce cas, UNICEF prendra en charge les déplacements sur terrain y compris les per diem et les frais de voyages y afférents. La proposition financière ne devrait pas encore inclure ces missions.

Le/ la consultant(e) assurera la disponibilité de son propre ordinateur

IX.          Supervision

 

Le/la consultant(e) est placé(e) sous la supervision du Chef de la politique sociale, de la recherche et de l'évaluation de l'UNICEF à Madagascar, en étroite collaboration avec le Comité de pilotage / Groupe de la protection sociale. Ce comité validera techniquement les rapports. En outre, selon les SOP de l'UNICEF à Madagascar en matière de recherche et d'études, un comité interne (TARC) examinera et formulera des commentaires.

 

 

X.          Qualifications:

 

  • Master en politique publique, sciences sociales, économie ou discipline liée, préférable au niveau de Doctorat ;
  • Au moins 5 ans d'expériences dans les programmes de protection sociale et de transfert monétaires, de préférence en Afrique subsaharienne et/ou Madagascar ;
  • Au moins 2 années d'expériences dans la coordination et harmonisation des programmes de protection social/social ;
  • Solides aptitudes en communication et souplesse dans la conduite de la mission
  • Connaissance de la mission et du cadre de protection sociale de l'UNICEF ;
  • Préférence connaissance du français (parlé, écrit).
  • Connaissance du français (parlé, écrit).

 

XI.          Soumission de candidature

Les candidats intéressés sont priés de postuler uniquement en ligne via le lien https://www.unicef.org/about/employ/?job= et d'y joindre en fichiers attachés une lettre de motivation, CV détaillé, une copie de la carte d'identité nationale ou passeport, une copie du diplôme le plus élevé, une proposition technique et une Offre technique et offre financière en Ariary ou en USD

Les candidatures soumises sans proposition technique et offre financière ne seront pas prises en considération.

Tout dossier incomplet ou soumis en ligne après la date butoir (24 Juin 2017) ne sera pas considéré. Seuls les candidats présélectionnés seront contactés et recevront une réponse officielle à leur demande de candidature. Nos avis de vacances sont également disponibles sur le site http://www.unicef.org/about/employ/

*Voir la liste des établissements accrédités sur le lien : www.whed.net  

 

 

L’UNICEF est environnement libre de toute discrimination. L'UNICEF est engagé pour la diversité et l'inclusion et invite les candidats compétents de toutes origines nationales, ethniques et religieuses à postuler pour faire partie de notre organisation. Les candidatures féminines qualifiées ainsi que celles de personnes qualifiées en situation de handicap sont vivement encouragées.

 

 

 



[1] Fonds Monétaire International (2015), Rapport No 15/24. Rapport des Services du FMI ; Consultation de 2014 sur l’article IV- Communique de presse, et déclaration de l’administrateur pour le République de Madagascar.

[2] UNICEF (2014), L’enfance à Madagascar: UNE PROMESSE D’AVENIR, analyse de la situation de la mère et de l’enfant.

[3] La politique nationale de protection sociale a fixé une vision et des objectifs généraux visant à réduire de 15% le nombre d'extrêmes pauvres à Madagascar: https://www.unicef.org/madagascar/fr/resources_17329.htm

Before applying, please make sure that you have read the requirements for the position and that you qualify.
Applications from non-qualifying applicants will most likely be discarded by the recruiting manager.
Apply
  • Organization: UNICEF - United Nations Children’s Fund
  • Location: Antananarivo
  • Grade: International Consultant
  • Occupational Groups:
    • Cash-Based Interventions
  • Closing Date: 2017-07-05

Similar Jobs