By continuing to browse this site, you agree to our use of cookies. Read our privacy policy

Pharmacien pour l’évaluation de la transparence dans le secteur pharmaceutique @ NO-C

Ouagadougou (Burkina Faso)

  • Organization: WHO - World Health Organization
  • Location: Ouagadougou (Burkina Faso)
  • Grade: NO-C, National Professional Officer - Locally recruited position - Mid level
  • Occupational Groups:
    • Pharmacy
    • Legal - Broad
    • Legal - International Law
  • Closing Date: 2019-12-05

Click "SAVE JOB" to save this job description for later.

Sign up for free to be able to save this job for later.





  1. CONTEXTE ET JUSTIFICATION


La population du Burkina Faso est estimée à plus de 20 millions en 2019 avec un taux de croissance annuel de 3,1. Elle est caractérisée par un faible revenu (731 dollars par habitant en 2018), une incidence de pauvreté de 40,1% (2014), et un niveau de développement faible (IDH \: 0,423 en 2017). Cette population est confrontée à la persistance de maladies endémo-épidémiques (paludisme, VIH-sida, tuberculose, dengue …), à l’émergence de maladies non transmissibles (MCV, cancers, diabète, …) et à la menace de nouvelles maladies transmissibles (Fièvre Lassa). Ces problèmes de santé sont à l’origine de dépenses de santé des ménages élevées soit 31.4% des dépenses totales de santé selon le rapport sur les comptes de santé 2017.


Dans ce contexte, le gouvernement s’est engagé à l’amélioration de l’accès des populations à des soins de santé de qualité à travers un certain nombre d’actions dont les mesures de gratuité au profit des enfants de moins de 5 ans et des femmes, la gratuité de la planification familiale, la marche vers la CSU, etc. Ces mesures ont entrainé une augmentation des dépenses de santé qui sont passées de 470,6 milliards FCFA en 2016 à 530,8 milliards de francs CFA en 2017 malgré la rareté des ressources. La part des médicaments représentait 16,5 et 17% des dépenses courantes de santé respectivement en 2016 et 2017 (rapport sur les comptes de santé). En outre, le rapport 2018 du Réseau national de Lutte anti-corruption (REN-LAC), place le ministère de la santé au 12ème rang du classement des services selon le degré de corruption. A ceci s’ajoute le marché illicite, la contrefaçon des médicaments et une insuffisance dans la surveillance du marché avec un risque de pénétration de ces faux médicaments dans le circuit normal de distribution.


Face à cette situation, la promotion de la transparence dans la réglementation et l’acquisition des médicaments s’avère nécessaire.


Dans l’optique de contribuer à l’amélioration de la gouvernance dans le sous-secteur pharmaceutique au Burkina Faso, le ministère de la santé a autorisé la Direction générale de l’accès aux produits de santé à mener une évaluation de la transparence dans le sous-secteur pharmaceutique. Elle constitue la première étape du programme de bonne gouvernance défini par l’OMS dans le domaine du médicament.


Pour ce faire, la Direction générale de l’accès aux produits de santé a besoin d’être accompagnée par deux experts nationaux indépendants qui auront pour mission d’évaluer le niveau de transparence et de vulnérabilité potentielle à la corruption dans le sous-secteur pharmaceutique en utilisant l’outil d’évaluation de l’OMS.




  1. Objectifs

    1. Objectif général


Evaluer le niveau de transparence et le degré de vulnérabilité à la corruption du sous-secteur pharmaceutique au Burkina Faso.



    1. Objectifs spécifiques


      1. Analyser le dispositif de transparence du secteur pharmaceutique ;

      2. Déterminer les faiblesses dans la gouvernance du secteur pharmaceutique

      3. Formuler des recommandations.



  1. Résultats attendus

    1. Le niveau de transparence et le degré de vulnérabilité à la corruption dans les huit fonctions visées sont connus ;

    2. Les faiblesses dans la gouvernance du secteur pharmaceutique sont déterminées ;

    3. Des recommandations pour le renforcement de la gouvernance dans le secteur pharmaceutique sont formulées.

  2. Description de la mission


Dans le cadre de leur mission, les évaluateurs auront à conduire les activités suivantes \:


4.1. Préparation de la mission \:


  • Faire une Revue documentaire afin de \:


  • Pour vérifier la disponibilité des différentes directives, procédures et autres documents examinés dans cette étude[1] ;

  • Collecter des informations actualisées sur tous les domaines du secteur pharmaceutique, notamment en matière d'homologation, octroi de licence, d'inspection, de promotion des produits de santé, de contrôle des essais cliniques, de sélection, d'approvisionnement et de distribution, d’achat et de passation des marchés des produits de santé, de l’identité des différents acteurs intervenants dans le sous-secteur pharmaceutique. Vérifiez les rapports existant sur l’accès aux médicaments et aux produits de santé, les documents du ministère de la santé, les documents du secteur privé, etc.



4.2. Appropriation de l’outil d’évaluation par les évaluateurs \:


Révisez et étudiez toutes les questions afin d'être prêt à les expliquer lors des entretiens avec les informateurs.


4. 3. Entretiens avec les acteurs du ministère de la santé et l’OMS ;


4.4. Sélection des informateurs clés (personnes ressources) \:


Identifier les informateurs clés[2] dans les structures retenues pour l’étude (au moins 10 à 15 personnes par fonction). Tous les secteurs doivent être représentés \: secteur public, secteur privé, ONG, institutions nationales et internationales et médias.


4.5. Rédaction d’un rapport de démarrage \: présenter la méthodologie détaillée de l’évaluation au comité de suivi.


4.6. Sorties de terrain (Entretiens) \:


Adresser l’autorisation du ministère de la santé et une lettre de demande d'entretien aux informateurs clés. Toutes les structures retenues seront visitées afin d’interviewer les informateurs sur la base de l’outil standardisé. La réussite des entretiens nécessite les étapes suivantes \:


  • Préparation de l’interview \:fixer des rendez-vous avec les informateurs clés tout en sollicitant tous les documents utiles à l’évaluation ;

  • Conduite de l’interview \: interroger les informateurs clés sur les questions de type 1 à 4, noter et / ou enregistrer toutes les réponses en fonction des indicateurs. Vérifier l’existence des supports physiques.

    4.7. Rédaction d’un rapport d’évaluation et formulation des recommandations \:


  • Compiler les réponses, calculer les scores par fonction et analyser les résultats ;

  • Vérifier les résultats qualitatifs et quantitatifs par triangulation pour une interprétation complète des résultats ;

  • Rédiger le rapport final (selon le modèle à l’annexe 4) et le soumettre au ministère de la santé (Direction générale de l’accès aux produits de santé).


4.8. Réunion de présentation des rapports d’étapes successifs et des recommandations par le comité de suivi et l’OMS,


4.9. Atelier restitution des résultats puis finalisation du rapport



  1. Livrables attendus


  1. Protocole validé

  2. Rapport de collecte de donnée

  3. Rapport d’évaluation et recommandations de maximum 30 pages

  4. Un résumé de l’évaluation de 3 pages maximum

  5. Une présentation Powerpoint récapitulant les points principaux du rapport et les recommandations


  1. Méthodologie et Collaboration


Le pharmacien devra travailler en tandem avec un expert en bonne gouvernance pour proposer une méthodologie pertinente, un calendrier conjoint de la mission permettant d’atteindre les résultats attendus de cette évaluation.



VII.Lieu, Durée et Modalités d’exécution


    • Lieu \: Burkina Faso, Ouagadougou

    • Période de mise en œuvre \: Novembre à Décembre 2019

    • Date de démarrage \: Novembre 2019

    • Date de fin \: décembre 2019

    • Durée effective \: 45 jours calendaires -


    VIII.Profil du Consultant


    Qualifications et compétences


    • Requises


    • Etre titulaire d’un diplôme de doctorat en pharmacie,

    • Disposer d’une expérience pratique de 05 ans minimum dans le domaine de la bonne gouvernance et de la lutte contre la corruption ;

    • Avoir une expérience dans la consultance

    • Avoir une connaissance approfondie du système pharmaceutique du Burkina Faso (système réglementaire, système d’approvisionnement des produits de santé etc.)

    • Avoir une bonne connaissance du système de santé au Burkina Faso ;

    • Avoir une maitrise de l’outil informatique pour la rédaction des rapports et l’analyse des données ;

    • Avoir une bonne maitrise du français et de l’anglais pratique.

    • Etre indépendants du ministère de la santé ;

    • Avoir des compétences en méthodologie de recherche opérationnelle serait un atout ;


    Compétences de l’OMS \:


    • Produire des résultats

    • Respecter et promouvoir les différences individuelles et culturelles

    • Veiller à l'utilisation efficace des ressources

    • Communiquer de manière crédible et efficace

    • Avancer dans un environnement en pleine évolution



    1. Financement


    Les frais de consultation (honoraires et perdiems) des consultants seront assurés par l’OMS et selon le barème en vigueur.


    1. Rapport de mission


    Un rapport final conjoint sera élaboré dans un délai de 10 jours après la fin de la mission (maximum de 10 pages et suivant le modèle fourni). Ce rapport, rédigé en français, devra être envoyé au ministère de la santé et à l’OMS.


    1. Suivi-évaluation


    Dans l’intérêt du bénéficiaire et de l’OMS, les indicateurs ci-dessous permettront d’évaluer pendant et après la mission, les résultats de la mission d’expertise afin de pouvoir à terme mesurer l’atteinte des objectifs propres à la mission.



    Indicateurs de performance



    Livrables

    Effets immédiats

    Effets intermédiaires

    Rapport de démarrage

    Le rapport d’Inception permet aux acteurs concernés de comprendre la méthodologie envisagée de l’évaluation et de faire des retours

    Les résultats et recommandations de l’évaluation sont acceptés par les acteurs concernés car la méthodologie a été validée en amont

    Rapport d’évaluation et recommandations

    Les recommandations vont permettre le passage à la deuxième phase du programme c’est à dire l’élaboration du programme national de bonne gouvernance

    Le programme national de bonne gouvernance prend en compte les recommandations



    1. Informations pratiques


    Il sera mis à la disposition des évaluateurs des moyens logistiques et de communication pour leur mission. Ils devront disposer d’un ordinateur personnel.


    Le personnel de la Direction de la politique pharmaceutique (DPP) apportera l’appui nécessaire à l’équipe d’évaluateurs.



    Grade\: NO -C


    Type de contrat \: Accord de services spéciaux (SSA)


    Durée du Contrat \: 45 Jours


    Lieu d’affectation \: Ouagadougou – Burkina Faso


    Organisation \: Représentation de l’OMS au Burkina Faso





    [1] Recueillir autant de preuves que possible à l’avance ; il vous sera utile de disposer déjà des informations lors des entretiens.

    [2]Les personnes que vous souhaitez interroger pour les questionnaires. Plus le nombre est élevé, mieux c'est. Idéalement, une lettre devrait également être envoyée aux personnes de haut niveau afin qu'elles puissent être interrogées ou vous fournir le nom d'une personne appropriée (joindre une copie de la lettre d'autorisation du Ministère de la santé).





    We do our best to provide you the most accurate info, but closing dates may be wrong on our site. Please check on the recruiting organization's page for the exact info. Candidates are responsible for complying with deadlines and are encouraged to submit applications well ahead.
    Before applying, please make sure that you have read the requirements for the position and that you qualify.
    Applications from non-qualifying applicants will most likely be discarded by the recruiting manager.
    Apply

    What does it mean?

    Click "SAVE JOB" to save this job description for later.

    Sign up for free to be able to save this job for later.