By continuing to browse this site, you agree to our use of cookies. Read our privacy policy

Expert-e International-e pour l’élaboration du premier Plan d’Action National (PAN) d’Haiti sur la résolution 1325 du conseil de sécurité des Nations Unies

Port-au-Prince

  • Organization: UNWOMEN - United Nations Entity for Gender Equality and the Empowerment of Women
  • Location: Port-au-Prince
  • Grade: Consultancy - International Consultant - Internationally recruited Contractors Agreement
  • Occupational Groups:
    • Legal - Broad
    • Legal - International Law
    • Women's Empowerment and Gender Mainstreaming
    • Security and Safety
    • Gender-based violence
    • Peace and Development
  • Closing Date: Closed

Background

ONU Femmes, fondée sur la vision de l'égalité inscrite dans la Charte des Nations Unies, œuvre pour l'élimination de la discrimination à l'égard des femmes et des filles ; l'autonomisation des femmes ; et la réalisation de l'égalité entre les femmes et les hommes en tant que partenaires et bénéficiaires du développement, des droits de l'homme, de l'action humanitaire et de la paix et de la sécurité.

Le programme pays d'ONU Femmes Haïti décline les priorités globales grâce à une stratégie de programmation articulée autour des priorités suivantes :

  • Priorité 1 : Renforcer la participation des femmes à la politique
  • Priorité 2 : Renforcer la participation des femmes et des filles à la conception et à la mise en œuvre de stratégies de réduction des risques tenant compte de la problématique hommes-femmes en vue de renforcer la résilience et le relèvement des communautés
  • Priorité 3 : Réduction de la violence à laquelle les femmes sont confrontées dans des contextes électoraux en vue de renforcer leur leadership et leur participation à la vie politique
  • Priorité 4 : Renforcer l'accès des femmes et des filles au système de justice et à des services juridiques de qualité, sensibles au genre.

Parlant de la priorité 1, en Haïti les femmes sont sous représentées dans tous les domaines de la prise de décision, tant au niveau communautaire, à travers les processus de participation aux élections en tant que candidates et électrices, mais aussi dans le cadre des mobilisations sociales et citoyennes et dans l'engagement avec la société civile.  Elles représentent moins de 30% des ministres et n’étaient que 2,7% à l’Assemblée nationale lors de la 50ème législature.  Il y a aujourd’hui 0% de femmes au CSPJ (conseil supérieur de la magistrature) et environ 10 à 12 % de femmes dans la magistrature. Un des facteurs expliquant cette faible présence est la violence politique et électorale à l’endroit des femmes et l’absence de cadre législatif encadrant la mise en œuvre du quota constitutionnel de 30% de genre aux élections législatives (loi électorale, loi sur les partis politiques, etc.). L'exclusion des femmes et des jeunes femmes des processus politiques et électoraux, renforcée par des normes de genre néfastes et la violence électorale, renforce les institutions dominées par les hommes et inégales. De plus, étant les chefs de famille de près de la moitié des ménages en Haïti, le compromis entre l'engagement politique et le bien-être des ménages les empêche largement de s'engager dans la politique. Les menaces à la sécurité et la charge non assistée des soins ménagers rendent le coût d'opportunité pour les femmes d'entrer en politique et de se présenter aux élections disproportionnellement élevées. Des perceptions genrées négatives omniprésentes quant à leur capacité de leadership imprègnent les sphères politiques à tous les niveaux.

Au sein des organisations locales ou nationales à caractère politique de différentes régions du pays, les femmes jouent un rôle plus ou moins actif qui consiste à faire de la sensibilisation et des séances de formation.  Au sein des structures politiques et institutions étatiques, vu que leurs voix ne sont pas souvent entendues et que leurs actions sont considérées comme minimes, la participation des femmes est jugée très faible. Cependant, cette participation est jugée moyenne dans les évènements politiques et importants dans les mouvements de revendications des droits sociaux. Une situation qui démontre la necessité d’augmenter le niveau d'engagement et de participation des acteurs nationaux et locaux en faveur des initiatives Femmes Paix, Sécurité (FPS) pour une meilleure inclusion des femmes dans les espaces de décisions communautaires, dans la vie politique et particulièrement lors des prochains exercices electoraux.

Plus de deux décennies après la promulgation de la résolution 1325 sur les femmes, la paix et la sécurité, Haïti n’a pas encore développé son propre plan de mise en œuvre alors même que l’existence d’une stratégie nationale et d’un plan pourrait faciliter, inciter et orienter les acteurs à respecter leur engagement vis-à-vis de l’agenda Femmes,  Paix et Sécurité.  

C’est ainsi que le Gouvernement haïtien, par le biais du Ministère à la Condition Féminine et aux Droits des Femmes (MCFDF), en collaboration avec ONU Femmes Haiti et le support financier du Fonds des Nations Unies pour la Paix (PBF), cherche à élaborer le premier Plan d'action national (PAN) d'Haïti sur la résolution 1325 du Conseil de sécurité des Nations Unies. Le PAN visera à promouvoir la participation significative des femmes aux processus de paix et de sécurité, à la vie politique ainsi qu'à lutter contre la violence fondée sur le genre et les droits des femmes dans les situations de conflit et d'après-conflit. L’exercice impliquera l’organisation d’une série de réunions consultatives et d’ateliers réunissant les acteurs nationaux tels que des responsables gouvernementaux, politiques, notables, religieux, des organisations de la société civile et organisations internationales afin de bien comprendre leur point de vue quant au développement d’un plan d’action sur la résolution 1325 en Haiti y compris les menaces, les opportunités, et les ressources nécessaires pour une mise en œuvre efficace. 

Sous la coordination stratégique de l’adjointe à la représentante, la supervision technique de la chargée de l’unité Femmes, Paix, Sécurité (FPS), et la supervision opérationnelle de la cheffe d’unité Femmes, Paix, Sécurité,  le/la consultant.e international.e  sera chargé.e de diriger l'élaboration du PAN et de mener les consultations locales/régionales/nationales avec les principales parties prenantes, dont les differentes coordinations départementales du Ministère à la Condition Féminine et aux Droits des Femmes (MCFDF) et un réseau de femmes de la société civile avec le support des réseaux de Femmes Médiatrices pour la paix.

Elle/ Il travaillera en étroite collaboration avec l’équipe de ONU Femmes Haïti, du MCFDF et du secrétariat de PBF en Haiti

Objectifs 

  • Élaborer un PAN complet (assorti d’un budget pour sa mise en œuvre) sur la résolution 1325 du Conseil de sécurité des Nations Unies, aligné sur les meilleures pratiques internationales et le contexte spécifique d'Haïti.
  • Mener des consultations auprès des parties prenantes régionales et locales afin de recueillir des des commentaires et des recommandations pour le processus d'élaboration du PAN.
  • Assurer la participation active et l'inclusion de diverses parties prenantes, y compris les agences gouvernementales, les organisations de la société civile, les groupes de femmes, les organisations de jeunesse, la communauté internationale et d'autres acteurs concernés.
  • Accompagner le processus de validation et adoption du PAN par les parties prenantes y compris de la partie nationale, la societe civile et amis d’Haiti.

Duties and Responsibilities

Portée des travaux  

Les responsabilités du consultant comprennent, sans s'y limiter :

  • Procéder à un examen approfondi des politiques, des cadres et des meilleures pratiques nationaux et internationaux pertinents liés à la résolution 1325 du Conseil de sécurité des Nations Unies et aux femmes, à la paix et à la sécurité.
  • Diriger l'élaboration du PAN en Haïti, y compris la coordination avec les ministères concernés, les organisations de la société civile et d'autres parties prenantes.
  • Faciliter les consultations avec les intervenants locaux/régionaux/nationaux, y compris l'organisation d'ateliers, de groupes de discussion et d'entrevues afin de recueillir les points de vues des acteurs clés sur ;le contenu pernent à considérer dans le PAN.
  • Recueillir et analyser les données et les commentaires des parties prenantes afin d'éclairer le processus d'élaboration du PAN.
  • Rédiger un document complet du PAN comprenant des buts, des objectifs, des indicateurs et des activités spécifiques, ainsi qu'un cadre de suivi et d'évaluation et un budget y relatif.
  • Présenter l'ébauche du PAN aux principales parties prenantes pour examen et intégrer leurs commentaires dans la version finale.
  • Fournir  un soutien et des conseils techniques aux agences gouvernementales et aux organisations de la société civile compétentes pour l’adoption du PAN et sa  mise en œuvre efficace.

Livrables 

  • Rapport initial décrivant l'approche, la méthodologie et le plan de travail du consultant.
  • Un PAN global (assorti de ses annexes dont un cadre logique et un budget y relatif) ….. d’ Haïti sur la résolution 1325 du Conseil de sécurité des Nations Unies, élaboré en consultation avec les principales parties prenantes.
  • Rapport sommaire des consultations locales/régionales/nationales auprès des intervenants, y compris les principales conclusions, recommandations et commentaires reçus.
  • Document final du PAN, révisé en fonction des commentaires reçus des parties prenantes.
  • Note de plaidoyer pour l’adoption du PAN par l’autorité nationale habilitée d’Haiti
  • Un guide d’orientation des parties prenantes (agences gouvernementales et organisations de la société civile concernées) à l’implémentation du PAN est développé et disponible.

Échéancier et budget 

La durée estimée de la consultation est de huit [8] mois, à compter du 1er Mars 2024. Le budget de consultation sera négocié en fonction des qualifications, de l’expérience et du plan de travail proposé par le/la consultant-e retenu-e.

Competencies

Valeurs fondamentales:

  • Respect de la diversité;
  • Intégrité; 
  • Professionnalisme.

Compétences de bases 

  • Très bonne connaissance des enjeux d’égalité de genre et d’autonomisation des femmes ;
  • Résolution de problèmes creative ;         
  • Communication efficace ;

IV-          Indicateurs de performance clés

  • Apports opportuns et de qualité pour la conception du programme ;
  • Apports opportuns et de qualité aux plans de travail et aux budgets ;
  • Respect des normes et règles d'ONU Femmes en matière de conduite, procédures et processus de planification et de mise en œuvre ;
  • Atteinte des résultats ;
  • Initiatives inter-sectorielles initiées et promues ;
  • Qualité de la planification et de la réalisation des rencontres de coordination ;
  • Qualité de la gestion des partenariats ;
  • Nombre de produits de connaissance développés.
  • Collaboration inclusive;
  • Engagement des parties prenantes;
  • Faire preuve d’intégrité et agir conformément aux valeurs et à l’éthique des Nations unies
  • Faire preuve de sensibilité et d’adaptabilité face aux différences entre individus (sexe, âge, etc.) ;
  • Faire preuve d’un esprit analytique et de force de proposition ;
  • Respecter la confidentialité et l’éthique professionnelle ;
  • Démontrer d’excellentes aptitudes de communication orale et écrite ; 
  • Esprit de synthèse ;
  • Excellente maitrise de l'outil informatique notamment Word, Excel, Power Point et ouverture à utiliser des applications institutionnelles (Atlas, Intranet etc.) 
  • Attitude favorisant la communication interdisciplinaire et la résolution de conflit ;
  • Ethique de travail priorisant la redevabilité, la transparence, la consultation et le travail en équipe ;
  • Expérience de la gestion de partenariats avec des acteurs publics, privés et de la société civile; (Bonne capacité à suivre et faire respecter des procédures)      
  • Excellentes capacités

V-           Compétences fonctionnelles

  • Capacité à mettre en œuvre de nouveaux systèmes et à influencer le changement de comportement/attitude du personnel ;
  • Construire de solides relations avec les partenaires, se concentrer sur l’impact, le résultat et répondre positivement aux commentaires et remarques ; 
  • Démontrer les compétences d’une bonne communication orale et écrite ;
  • Capacités à analyser des données de différentes nature rapidement et de manière précise ;
  • Expérience du plaidoyer basé sur l’évidence souhaitée 
  • Capacité démontrée à analyser et réajuster des projets 
  • Esprit critique et capacité de proposition constructive
  • Capacité à travailler avec des cercles d’interlocuteurs différents et a proactivement chercher l’information pour améliorer les partenariats ;
  • Bonne connaissance des acteurs institutionnels et sociaux sur la thématique genre et droits humains en Haïti.

Required Skills and Experience

Education and certification: Maitrise dans un domaine pertinent, tel que les études de genre, les relations internationales ou les études sur la paix et les conflits.

Expériences:     

  • Plus de 5ans d’expérience à travailler dans les domaines de l'égalité des sexes, de l'autonomisation des femmes et des questions de paix et de sécurité.
  • Plus de 5 ans d’expériences et expertise avérée dans l'élaboration de plans d'action nationaux, de préférence liés à la résolution 1325 du Conseil de sécurité des Nations Unies.
  • Connaissance approfondie du contexte haïtien, y compris des dynamiques politiques, sociales et culturelles.
  • Excellentes compétences en facilitation, en communication et en rédaction.
  • Capacité à travailler avec un large éventail de parties prenantes diverses telles que des ONG nationales et internationales, des organisations féministes et/ou féminines, des entités gouvernementales et des autorités locales etc.

Language Requirements:

Maîtrise de l'anglais et du français, la maîtrise du créole haïtien étant considérée comme un atout. 

VII-        Composition du dossier et mode de présentation de l’offre de soumission et de paiement

Les candidat/es intéressé/es devront présenter un dossier composé des pièces suivantes démontrant leurs qualifications :

A.1.- Composition de l’offre technique :

  • Un Curriculum vitae (CV) mettant en évidence les qualifications et l'expérience pertinentes.
  • Une lettre de motivation exprimant l'intérêt et décrivant l'approche et la méthodologie proposées.
  • Des exemples de travaux antérieurs liés à l'élaboration de plans d'action nationaux ou à des initiatives en matière d'égalité des sexes et de consolidation de la paix

A.2.- Critères d’Évaluation Technique

La commission technique évaluera, pour chaque candidat-e, son aptitude à exercer la consultation de façon satisfaisante. L’évaluation sera fondée sur les critères d’évaluation énoncés plus-bas.

Sur demande du rapporteur, avec l’accord de la commission, les candidat-e-s devront fournir par écrit, dans le délai imparti, tous les renseignements complémentaires éventuellement nécessaires jugés utiles. Ces renseignements ne doivent en rien modifier l’offre de base.

Critères

Note maximale

Niveau Maitrise dans un domaine pertinent, tel que les études de genre, les relations internationales ou les études sur la paix et les conflits.

15 points

Plus de 5ans d’expérience à travailler dans les domaines de l'égalité des sexes, de l'autonomisation des femmes et des questions de paix et de sécurité

15 points

Plus de 5 ans d’expériences et expertise avérée dans l'élaboration de plans d'action nationaux, de préférence liés à la résolution 1325 du Conseil de sécurité des Nations Unies.

15 points

Capacité à travailler avec un large éventail de parties prenantes diverses telles que des ONG nationales et internationales, des organisations féministes et/ou féminines, des entités gouvernementales et des autorités locales etc.

5 points

Excellentes compétences en facilitation, en communication et en rédaction

10 points

Connaissance approfondie du contexte haïtien, y compris des dynamiques politiques, sociales et culturelles.

5 points

Connaissance du système des Nations Unies et des organisations de coopération internationale et bilatérale

5 points

Soumission d’un rapport rédigé en français ou anglais par le/la candidat-e (démontrant des exemples de travaux antérieurs liés à l'élaboration de plans d'action nationaux ou à des initiatives en matière d'égalité des sexes et de consolidation de la paix)

 

20 points

Connaissance des langues

  • Anglais
  • Francais
  • Creole

 

4 points

4 points

2 points

B. Offre financière

L’offre financière doit indiquer le coût global de la consultation

B.1.- Analyses des offres financières

Seules les propositions sélectionnées, ayant reçu une note supérieure ou égale à 70 points après analyse des offres techniques seront prises en compte pour l’ouverture et l’analyse des offres financières. Les offres financières ne devront pas porter de signes indicatifs du - de la consultante.

B.2.- Corrections des erreurs

Lorsqu’il y a une incohérence entre le prix unitaire et le prix total obtenu en multipliant le prix unitaire par la quantité, le prix unitaire cité fera foi, à moins que la commission d’évaluation estime qu’il s’agit d’une erreur grossière de virgule dans le prix unitaire auquel cas le prix total tel qu’il est présenté fera foi et le prix unitaire sera corrigé.

B.3.- Présentation des propositions

Les candidats devront soumettre séparément leurs offres relatives a la proposition Financière et la Proposition Technique.

Les offres qui ne respecteront pas ces dispositions seront automatiquement éliminées.

VIII-       Soumission

-  Toutes les soumissions doivent se faire dans le système. Toutefois, les offres technique (comprenant :) et financière doivent être déposées à la même date par email à : iinfo.haiti@unwomen.org

Les deux offres (technique et financière) doivent être envoyées comme deux fichiers séparés. Toutefois, les offres financières devront être codées et seul(e)s les candidats-es dont les offres passeront l’étape technique seront contacté(e)s pour qu’ils-elles envoient le code pour ouvrir leurs offres financières. En cas de non-respect de ces instructions, ONU Femmes ne pourra en aucun cas être tenu responsable si la proposition est ouverte prématurément.

Date limite de la soumission de la proposition: 

Les propositions devront être envoyées au plus tard le 25 février 2024  à 23h59, heure locale.

Toutes propositions reçues après la date et l’heure indiquées ne seront pas considérées.

Aucune proposition ne peut être modifiée après la date et l’heure fixées pour la remise des propositions.

 

N.B.  Les candidatures féminines sont fortement encouragées à postuler.

 

This vacancy is now closed.
However, we have found similar vacancies for you: