By continuing to browse this site, you agree to our use of cookies. Read our privacy policy

Consultant National pour la conduite d’une étude sur les stratégies permettant de réduire les disparités entre les hommes et les femmes dans le domaine de l’agriculture.

bujumbura rural et bubanza

  • Organization: UN WOMEN - United Nations Entity for Gender Equality and the Empowerment of Women
  • Location: bujumbura rural et bubanza
  • Grade: National Consultant - Locally recruited Contractors Agreement - Consultancy
  • Occupational Groups:
    • Women's Empowerment and Gender Mainstreaming
    • Agriculture and Forestry
    • Legal - Broad
    • Legal - International Law
    • Scientist and Researcher
  • Closing Date: 2019-08-23

Click "SAVE JOB" to save this job description for later.

Sign up for free to be able to save this job for later.

Background

CONTEXTE

ONU Femmes est une Entité des Nations Unies pour l'égalité des sexes et l'autonomisation des femmes créée par la Résolution AG A64/289 du 02/07/2010.ONU Femmes a pour mandat d'aider les États membres des Nations Unies à appliquer des normes mondiales pour atteindre l'égalité des sexes. ONU Femmes travaille pour l'élimination de toutes formes de discrimination à l’endroit des femmes et des filles, l'autonomisation des femmes et la réalisation de l'égalité entre les femmes et les hommes en tant que partenaires et bénéficiaires du développement, des droits humains, de l’action humanitaire, de la paix et de la sécurité. Dans la réalisation de sa mission, ONU Femmes travaille avec les gouvernements, la société civile et toutes les autres parties prenantes pour concevoir, élaborer et mettre en œuvre des lois, politiques, programmes en vue de l’égalité des sexes et l’autonomisation des femmes.

Au Burundi, le bureau d’ONU Femmes se focalise sur trois thématiques :

  1. Femmes, Paix et Sécurité,
  2. Lutte contre les violences sexuelles et basées sur le genre,
  3. Autonomisation Economique de la femme.

L’économie du Burundi est essentiellement agricole. Le secteur primaire (agriculture, élevage et pêche) occupe une grande partie de la population active (90%) notamment la population féminine (55,2%), contre 8% pour le secteur tertiaire et seulement 2% pour le secteur secondaire. Selon le Recensement Général de la Population et de l’habitant de 2008, sur 80,2% de la population qui a la propriété foncière, 62,5 % sont des hommes et 17,7% sont des femmes. Dans le secteur Agriculture, Elevage et Pêche, on remarque un très faible accès des femmes chefs de ménages au crédit agricole, étant donné qu’elles ne disposent pas de contrepartie requise pour l’octroi d’un crédit agricole (titres fonciers, détention de bétail, etc.).Dans ce contexte, l’accès des femmes aux facteurs de production et à leur contrôle dans le secteur agricole constitue un défi à la valorisation de leur potentiel économique et un enjeu majeur pour le pays par rapport aux objectifs de réduction de la pauvreté et de croissance économique.[1]

Les femmes burundaises effectuent 70% des travaux agricoles. Cependant, elles ne sont pas bien organisées, ont un accès limité aux ressources productives et en contrôlent peu en raison de lois défavorables, de pratiques culturelles négatives et d'autres facteurs structurels. Un accès inégal aux ressources productives, notamment la terre, les finances, la technologie, les compétences, le temps et les marchés, contribue à la grande pauvreté féminisée en milieu rural et humanitaire, affectant leur sécurité alimentaire, leur productivité et leurs moyens de subsistance.[2]ONU FEMMES estime que les rendements agricoles de 34 pays en développement pourraient connaître une augmentation moyenne de 4% si les femmes avaient accès aux mêmes ressources que les hommes. Cette augmentation permettrait une réduction de la malnutrition atteignant les 17%, ce qui représenterait quelque 150 millions de victimes de malnutrition en moins dans ces 34 pays.[3]

Ainsi, sous la supervision du spécialiste du programme autonomisation économique de la femme, le bureau d’ONU Femmes entend mener une étude sur les stratégies permettant de réduire ces disparités dans les provinces de Bubanza et Bujumbura Rural. Ainsi les résultats de cette étude servirait d’outil de plaidoyer à l’endroit des ministères clés pour l’accès aux ressources et opportunités agricoles aux femmes (acquisition de terre, titre foncier, crédit agricoles…) tout en veillant à renforcer les capacités des fonctionnaires des ministères-clés en matière de planification participative et responsable,  sensible et transformative de genre .

Fonctions et résultats attendus

  • Objectifs

L’objectif principal de l’étude est d’évaluer les stratégies visant à réduire l’écart entre les sexes en agriculture dans les provinces de Bubanza et Bujumbura Rural.

De manière spécifique, l’étude a pour objectif de :

  1. Fournir des données de référence sur les disparités entre les hommes et les femmes dans le domaine de l’agriculture, la nature des disparités et les facteurs les favorisant. L'accent devra être mis sur l'identification, la description et l'explication des contraintes socio-économiques, qui influent sur l'écart de productivité entre les hommes et les femmes dans les deux provinces ;
  2. Analyser et proposer des stratégies pouvant réduire les disparités entre les hommes et les femmes dans l’agriculture,
  3. Identifier les unités de base communales et les partenaires pouvant assurer le renforcement des capacités des femmes en agriculture résiliente au changement de climat.
  4. Identifier les institutions financières de financement du domaine agricole facilitant l’accès au crédit aux femmes dans les 2 provinces ci-haut citées

Servir d’outil de plaidoyer afin de faciliter l’élaboration d’une stratégie Nationale intégrant les spécificités des femmes pour une agriculture résiliente au climat incluant innovation et modernité 

  • Principaux résultats
  1. Des données et informations pertinentes de qualité sur les disparités entre les hommes et les femmes dans le domaine de l’agriculture sont disponibles et une analyse des liens entre les disparités et l'accès aux facteurs de production est faite,
  2. Des stratégies solides et pérennes issues de l’analyse des facteurs d’inégalité de genre en agriculture au niveau institutionnel, politique, social et programmatique sont élaborées pour réduire ces disparités,
  3. Les besoins en renforcement de capacités des femmes agricultrices sont connus,
  4. Une compréhension de la vulnérabilité des hommes et des femmes face aux variations climatiques et à la dégradation de l’environnement, ainsi que la manière dont elle est liée aux disparités de genre dans le secteur agricole,
  5. Des propositions concrètes pour améliorer l'accès des femmes aux facteurs de production dans les zones ciblées sont faites,
  6. Une base de données et une cartographie des unités de base communales pour le renforcement des capacités sont élaborées,
  7. Une base de donnée et une cartographie des Institutions de Micro finances (IMF) et autres partenaires de financement agricoles sont identifiés et disponibles,
  8. Une stratégie de plaidoyer incluant les spécificités des femmes pour une agriculture résiliente au climat est élaborée et disponible

[1] Politique Nationale Genre chap. I, p.14

[2] UN Women Strategic Note 2019-2023, UN WOMEN BURUNDI COUNTRY OFFICE

[3] http://www.unwomen.org/fr/what-we-do/economic-empowerment/facts-and-figures  Consultée le 22/05/2019 à 12heures.

Duties and Responsibilities

Principales taches/fonctions du consultant

Sous la supervision conjointe du spécialiste du programme Autonomisation Economique de la Femme d’ONU Femmes, le consultant doit :

  1. Présenter la méthodologie de travail et son plan de travail,
  2. Elaborer et présenter au comité technique de suivi la stratégie de collecte de données mise en place comme les guides d’entretien, les fiches de collectes de données, l’approche de recherche de la revue de la documentation et des rapports disponibles,
  3. Superviser la collecte des données et l’analyse des données collectées,
  4. Proposer un canevas de rapport de la consultation
  5. Présenter le rapport provisoire au comité technique de suivi et intégrer les observations et recommandations préliminaires formulées par les membres du comité technique de suivi,
  6. Présenter le rapport provisoire au cours de la réunion de validation de l’étude et intégrer les observations et recommandations sorties de la réunion de validation,
  7. Transmettre le rapport final à ONU Femmes en copie dure et électronique.
  • Champ de cette étude

Cette étude s’étendra

  • Sur l’ensemble des agriculteurs hommes et femmes en identifiant les différences et spécificités dans le domaine de l’agriculture dans les villes concernées.
  • Les unités de base provinciales qui s’occupent de l’agriculture, les Direction Provinciale de l’Agriculture et de l’Elevage (DPAE) et les moniteurs agricoles se trouvant dans chaque commune.
  • Elle étudiera les institutions de microfinance œuvrant sur place, les chefs de colline et les cadres des communes et provinces ciblées.
  • Et les ministères clés (Agriculture, Genre)

Produits attendus et calendrier d’exécution

Produits attendus

  • Au terme de son travail, le consultant doit produire les documents ci-après :

  • La Note méthodologique : cette note explicitera la démarche de l’étude, la méthodologie de l’étude, le travail sur terrain, l’analyse des données. Elle comportera les outils de collecte de données (questionnaires, guides d’entretien, logiciels, etc…). Ce document sera examiné et validé par le comité technique de suivi mis en place par le spécialiste du programme Autonomisation Economique de la Femme d’ONU Femmes, le Ministère de l’agriculture, la commission nationale foncière et les administrations locales de Bubanza et de Bujumbura Rural.
  • Le rapport provisoire : celui-ci présentera les résultats de l’étude conformément aux résultats attendus de cette étude décrits dans les présents termes de référence. 
  • Le rapport final : celui-ci comportera les résultats de l’étude ainsi que les commentaires et les recommandations jugées pertinentes qui seront recueillies lors des différentes concertations.

Competencies

Qualités

  • Intégrité : Respecter et promouvoir les valeurs d’ONU Femmes dans les actions et décisions relatives au champ professionnel, en accord avec le code de conduite des Nations Unies,
  • Professionnalisme : Démontrer une expertise professionnelle dans le domaine de collecte de l’information, de son l’analyse, de production de rapport et de la restitution,
  • Respect de la diversité : Faire preuve de respect envers le caractère multiculturel de ONU Femmes et de la diversité de son équipe.

Compétences intrinsèques

  • Ethique et valeurs : Faire preuve d’éthique et d’intégrité,
  • Communication et partage de l’information : Partager régulièrement l’information relative à l’évolution de l’étude avec ONU Femmes,
  • Intelligence émotionnelle : Savoir travailler sous la contrainte, faire preuve de tact et de diplomatie dans les relations professionnelles,
  • Gestion des conflits : Gérer tous les conflits qui surgiront d’une façon participative et dans la grande transparence,
  • Apprentissage continu et partage de connaissances : partager les documents supports ayant servi durant l’étude. 

Compétences fonctionnelles

  • Habilité à conduire des études, à mener des collecter des données sur des sujets similaires,
  • Habilité à travailler dans le respect des deadlines,
  • Habilité à donner un feed back franc et disposé à en recevoir afin d’améliorer la qualité de son travail, 
  • Habilité à établir une bonne communication,
  • Habilité à produire un rapport de qualité.  

Required Skills and Experience

Niveau d'éducation: 

Avoir un diplôme de maitrise au minimum en sciences sociales, agricoles, environnementales, droit, psychologie et sociologie, etc.

Expérience: 

  • Au moins 5 ans d'expérience dans la conduite des études et travaux de recherche dans le domaine et une forte expérience dans le domaine de l’agriculture, changement climatique, l’autonomisation économique des femmes dans un contexte de résilience,
  • Une expérience pratique reconnue dans le domaine de l’autonomisation économique de la femme, droit environnemental,
  • Avoir d’excellentes capacités de rédaction et de synthèse,
  • Disposer des capacités de communication avec de bonnes aptitudes de travail en équipe.

Connaissances linguistiques:

Français courant exigé et Kirundi.

UNDP is committed to achieving workforce diversity in terms of gender, nationality and culture. Individuals from minority groups, indigenous groups and persons with disabilities are equally encouraged to apply. All applications will be treated with the strictest confidence. UNDP does not tolerate sexual exploitation and abuse, any kind of harassment, including sexual harassment, and discrimination. All selected candidates will, therefore, undergo rigorous reference and background checks.
We do our best to provide you the most accurate info, but closing dates may be wrong on our site. Please check on the recruiting organization's page for the exact info. Candidates are responsible for complying with deadlines and are encouraged to submit applications well ahead.
Before applying, please make sure that you have read the requirements for the position and that you qualify.
Applications from non-qualifying applicants will most likely be discarded by the recruiting manager.
Apply

What does it mean?

Click "SAVE JOB" to save this job description for later.

Sign up for free to be able to save this job for later.