By continuing to browse this site, you agree to our use of cookies. Read our privacy policy

Chargé·e de suivi subventions et rapports- RCA

Bangui

  • Organization: Triangle
  • Location: Bangui
  • Grade: Level not specified - Level not specified
  • Occupational Groups:
    • Monitoring and Evaluation
  • Closing Date: 2023-02-12

Conditions

Pays : RCA – poste basé à Bangui

Durée : contrat de 9 mois (renouvelables)

Prise de poste : février 2023

Conditions : Contrat salarié, salaire mensuel brut de 1 750 € à 1 850 € selon expérience, per diem mensuel 606 €, prise en charge d’une couverture médicale à 100% + assurance rapatriement + prévoyance, prise en charge du logement et du transport international et local dans le cadre de la mission, repos tous les 3 mois. Plus d'information sur www.trianglegh.org , rubrique "Recrutement".

Possibilité de départ en famille : non

TGH fait le choix d’une politique de rémunération volontairement simple et transparente, accessible sur notre site www.trianglegh.org Les niveaux de salaires annoncés dans nos offres de poste sont ainsi fixés dans le cadre de la grille de salaire et ne sont pas ouverts à la négociation.

Présentation de TGH

"Acteur d'une solidarité durable et partagée"

Créée en 1994, TGH, association française de solidarité internationale basée à Lyon, élabore et met en œuvre des programmes d'urgence, de réhabilitation et de développement dans les domaines de l'eau, de l'hygiène et de l'assainissement, du génie civil, de la sécurité alimentaire, moyens d’existences et du développement rural, du socio-éducatif et du psychosocial. TGH travaille actuellement dans 10 pays d’Afrique, d’Asie et du Moyen-Orient.

Contexte

Considérée comme l’un des pays les plus pauvres au monde, la République centrafricaine (RCA) traverse des crises humanitaires récurrentes depuis son indépendance en 1960. Cette situation est en partie la cause, mais aussi la conséquence, de la faiblesse de l’Etat et de l’instabilité politique chronique, souvent à base ethnique, qui secouent régulièrement le pays.

Depuis mars 2013, les changements de régimes qui se sont succédé ont contribué à une escalade des violences intercommunautaires dans le pays, multipliant les violations des droits humains, les déplacements massifs de populations ainsi que la destruction de biens et la perte des moyens de subsistance de ces dernières. A cet égard, le Comité permanent inter-organisations a hissé la crise centrafricaine au niveau 3 de l’urgence humanitaire, ce dernier étant le plus élevé.

La RCA compte aujourd’hui plus de 2,8 millions de personnes ayant besoin d’assistance, soit plus de la moitié de la population que compte le pays. Les besoins prioritaires regroupent l’accès à la nourriture, la protection, l’accès aux soins de santé, à l'eau potable, à l'assainissement et l'hygiène, à l’éducation, mais également l’accès aux abris et aux articles ménagers de première nécessité. Si les besoins primaires des populations augmentent, les affrontements réguliers rendent difficile l’accès à l’aide humanitaire aux populations dans le besoin, et donc le travail des organisations humanitaires sur place.

La préfecture de la Vakaga connait par ailleurs certaines difficultés, son isolement géographique se traduit également par un isolement social, politique et économique, vis-à-vis du reste de la RCA et principalement de Bangui. L’État y est peu présent et le redéploiement des services officiels demeure pratiquement inexistant. Ainsi, nombre de fonctionnaires décentralisés de l’Etat sont basés à Ndélé, chef-lieu de la Préfecture voisine de la Bamingui-Bangoran. Du fait de son isolement, la Vakaga a été la dernière des 16 préfectures de la RCA à recevoir son préfet. Nommé le 23 août 2017 par le président Faustin-Archange Touadéra, il a pris ses fonctions le 21 février 2018.

En août puis octobre 2019, des affrontements entre groupes armés ont eu lieu à Birao ce qui a engendré le déplacement de plus de 15 000 personnes dans des sites de regroupement dans la ville et créant des besoins très importants en eau, hygiène et assainissement ainsi qu’en aide alimentaire. Les ONG et agences des Nations Unies sont sorties du confinement le lendemain des combats et l’action humanitaire a repris ses activités malgré le fort risque de reprise des combats. Parmi la population déplacée, certains s’inquiètent encore de la reprise des combats et ne souhaitent pas retourner définitivement chez eux pour l’instant. En effet la zone reste encline à des incursions sporadiques des groupes armés. Faisant face à la volatilité du contexte sécuritaire, la MINUSCA, opération multidimensionnelle des Nations Unies en charge de la protection des civils, de la facilitation de l’aide humanitaire et du soutien au processus de transition est présente à Birao.

Depuis fin décembre 2020, le déroulement des élections présidentielles a impacté la situation sécuritaire du pays.
6 groupes armés se sont ainsi réunis pour créer la Coalition des Patriotes pour le Changement (CPC) et lutter contre la tenue de ce scrutin. Après que Faustin-Archange Touadéra ait été réélu dès le premier tour (au pouvoir depuis 2016), la CPC a accentué ses initiatives afin de prendre le contrôle du pays et notamment de la capitale, Bangui. Le climat de tensions instauré par les élections présidentielles de décembre 2020 perdure encore aujourd’hui, bien que les forces armées centrafricaines (FACA) soutenues militairement par leurs alliés russes et rwandais ainsi que par la MINUSCA à pu reprendre le contrôle d’une partie du pays. Les mesures nécessaires sont prises par TGH en conséquence.

Présentation de la mission

TGH a débuté son action en RCA en 2007 pour soutenir les populations vulnérables de la préfecture de la Vakaga. Aujourd’hui, l’association intervient en Vakaga dans les secteurs de la Sécurité Alimentaire et Moyens d’Existence, de l’Eau, Hygiène, Assainissement et de l’Education/Protection à travers un projet multisectoriel financé par l’AFD en consortium avec PUI qui elle, intervient en Bamingui-Bongoran et un projet en EHA financé par le Fond Humanitaire dans les sites de déplacés de Birao. A ce jour, TGH reste encore l’une des seules organisations humanitaires internationales présentes de manière continue dans cette région marginalisée et excentrée.

Parallèlement, l’association met en œuvre un projet multi-annuel dans le secteur de la formation professionnelle en consortium avec Mercycorps à Berberati, Mbaiki (TGH) Carnot, Bouar (Mercycorps), financé par l’AFD. A Bangui, TGH intervient depuis 2014 auprès des enfants des rues, et depuis 2020 auprès des mineurs incarcérés pour garantir aux enfants marginalisés un accès à des services socio-éducatifs et médicaux de base, et participe au processus de réunification familiale et de placement en famille d’accueil. L’intervention de TGH vise à améliorer la protection et la réinsertion des enfants en situation de rue, et mineurs incarcérés/libérés ; elle est financée par l’AFD, UNICEF, les fondations RAJA et UEFA.

TGH a longtemps été présente dans la Ouaka, mais faute de financement, la base de Bambari a été fermé en juin 2022.

De par l’épidémie de COVID-19, l’intégralité des projets en cours comportent également une composante visant à lutter contre la propagation du virus.

La mission est financée à hauteur d’environ 3,5 millions d’euros. L’équipe actuelle est composée de 18 expatriés et d’environ 120 personnels nationaux, répartis sur les différentes bases opérationnelles (Bangui, Berberati et Birao).

Poste

Le/la Chargé·e de suivi subventions et rapports travaille sous la supervision directe du Coordinateur Programmes et en lien étroit avec les Responsables de projets et la Coordinatrice terrain Birao.

Il/elle assume les responsabilités suivantes :

Soutenir la coordination interne et externe

  • Préparer l’agenda et les minutes des réunions de coordination tenues à Bangui sur les problématiques rencontrées par les bases et la coordination ;
  • Assurer une bonne gestion des flux d’information entre la mission et le siège ainsi qu’au sein de la mission ;
  • En lien avec le Coordinateur Programmes, assurer une représentation efficace de TGH aux réunions du système des clusters. En dehors de ces réunions, assurer une bonne gestion des flux d’informations entre TGH et les différents clusters (rapportage des activités mise en place);
  • Assurer l’archivage des documents opérationnels au niveau de la mission, en lien avec le chargé de conformité ;
  • Assurer la capitalisation des documents programmatiques de la mission ;
  • Participer à la définition et à la mise en œuvre de la stratégie mission.

Soutenir la recherche de fonds au niveau de la mission

  • En lien avec le Directeur Pays et le Coordinateur Programmes, assurer une veille active des opportunités de financement au niveau du pays, notamment à travers la participation au système des clusters ;
  • Pour chaque proposition, s’assurer de la bonne compréhension des directives du bailleur dans l’équipe chargée de la préparation du dossier ;
  • Coordonner au sein de la mission la formulation des propositions de projet et leur rédaction (en français et en anglais), incluant cadre logique et annexes, en bonne coordination avec le Directeur Pays, les Coordinateurs terrain, programme et techniques, les responsables de projet et le siège (desk et cellules techniques). A cet égard, la/le Chargé·e de suivi subventions et rapports est amenée à participer à certaines discussions avec les partenaires techniques et financiers de TGH en RCA.

Coordonner la production de rapports narratifs réguliers, précis et analytiques pour les projets en cours

  • Proposer, diffuser et assurer le suivi des rétroplanning de rédaction pour tous les rapports et les propositions de projets ;
  • Travailler sur la base et dans le respect du calendrier de reporting du desk ;
  • En lien avec les coordinateurs techniques et les responsables de projet concernés, coordonner la collecte des données nécessaires à la préparation des rapports et s’assurer de leur cohérence et leur précision, notamment avec la proposition de projet initiale ou les rapports précédents ;
  • Assurer la conformité des rapports avec les directives des bailleurs de fonds (structure, contenu, forme), en lien avec le Directeur Pays, le Coordinateur Programmes et le desk ;
  • Contribuer à la rédaction des rapports narratifs (en français et en anglais) incluant photos, graphiques, cartes et les annexes nécessaires, en bonne coordination avec les responsables de projet concernés, le Directeur Pays, le Coordinateur Programmes et le siège (desk et cellules techniques) ;
  • Effectuer des visites de terrain, nécessaires à la bonne compréhension du contexte des projets et la collecte de données.

Contribuer à la création et à la mise à jour des outils de communication

  • Répondre aux demandes du siège en termes de communication, telles que les contributions à la newsletter trimestrielle, au site internet, au journal annuel et au rapport d’activité ;
  • Contribuer à la rédaction de SitRep ;
  • S’assurer de la transmission régulière de photos et de leur publication sur les réseaux de TGH, en lien avec la coordinatrice programme et le siège ;
  • Participer aux réunions et événements de communication sur le terrain ;
  • Produire des documents de communication externe à destination des bailleurs en fonction des besoins

Autres

  • Soutenir de manière ad hoc le Directeur Pays, le Coordinateur Programmes et le desk sur d’autres tâches nécessaires à la bonne marche de la mission ;
  • Se déplacer sur le terrain afin d’appuyer les responsables de projet sur des points programmatiques précis (mise en place d’enquêtes KoBo, aide à la méthodologie de sélection des bénéficiaires, mise en place d’évaluations) définis en collaboration avec la Coordinateur Programmes.

Ces responsabilités pourront être revues en fonction des évolutions des besoins sur le terrain.

Conditions de sécurité, de travail, et de vie

Le contexte sécuritaire instable et volatile impose le respect de règles de sécurité parfois contraignantes.
Les déplacements sur le terrain sont possibles mais nécessitent une analyse préalable et les déplacements en ville ne sont en général pas sujets à restriction, sauf tension en ville. TGH est un acteur humanitaire connu et apprécié dans les zones où elle intervient.

A Bangui, les expatriés disposent de chambres individuelles dans deux maisons partagées situées sur deux concessions. Une des maisons est située dans la même concession que le bureau. Une connexion wifi satisfaisante est disponible sur les deux concessions. Il est possible et autorisé à Bangui de se rendre dans de nombreux restaurants, bars, complexes sportifs, supermarchés, magasins, marchés…

Profil

  • Cursus en solidarité internationale / action humanitaire ;
  • Expérience de terrain, de préférence dans le domaine humanitaire ;
  • Connaissance des principaux bailleurs de fonds et des mécanismes de coordination ;
  • Connaissance du cycle de projet ;
  • Excellentes capacités rédactionnelles en français et en anglais, et bonnes capacités de communication ;
  • Très bonne maîtrise du pack MS Office ;
  • Excellent relationnel, diplomatie ;
  • Disponibilité, flexibilité, pragmatisme ;
  • Capacité à travailler efficacement sous pression et en autonomie ;
  • Capacité et motivation pour vivre et travailler en équipe ;
  • Capacité à vivre dans un contexte sécuritaire instable.

Merci de postuler directement en ligne: https://www.trianglegh.org/ActionHumanitaire/FR/RH/OffresEmploi/PP-RCA-Chargee-de-suivi-subventions-et-rapport-01-2023.html

We do our best to provide you the most accurate info, but closing dates may be wrong on our site. Please check on the recruiting organization's page for the exact info. Candidates are responsible for complying with deadlines and are encouraged to submit applications well ahead.
Before applying, please make sure that you have read the requirements for the position and that you qualify.
Applications from non-qualifying applicants will most likely be discarded by the recruiting manager.

You need an Impactpool account to apply for this job

It's free and takes only a moment to sign up

Sign up and apply

Already a member of Impactpool?

Sign in to your account
or